Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CGT MAIRIE DE DRANCY

  • COMMUNIQUE CGT FO FSU SUD Fonction Publique

    radio, cgt, drancy

    Fonction Publique - communiqué intersyndical cgt-fo-sud-fsufpt-.pdf

  • GEL DES EMPLOIS AIDES à Drancy c'est l'association UCAD, Contrat d'avenir Mairie etc

    Gel des emplois aidés - Une décision sans autre considération que de se plier à l’austérité

    p1.jpg

    Les gouvernements successifs à partir des années 1990 ont développé de manière importante des dispositifs de « contrats aidés », « d’emplois aidés » et ainsi mis progressivement en place des mesures d’exonérations des cotisations sociales. Le dernier en date est le CICE (crédit d’impôt compétitivité emploi), dont l’utilité est très contestable.

    La CGT a dénoncé de longue dates ces cadeaux au patronat, dont l’effet sur l’emploi est pour le moins controversé. Mais les supprimer de manière brutale avec comme seule réponse la formation, n’est pas acceptable.

    La suppression des contrats aidés, c’est 280 000 personnes (familles) qui se verront reléguées de contrats précaires au rang du chômage avec les difficultés à vivre qui en découlent qui s’ajoute à une situation déjà délicate. Mais non seulement cela, si l’on prend l’exemple d’un chantier d’insertion qui emploie 20 salariés en emploi aidé, c’est en plus 4 salariés d’encadrement qui n’auront plus d’emploi et 140 familles adhérentes qui ne bénéficieront plus des services rendus. Les conséquences de cette mesure seront désastreuses tant pour les personnes que pour le pays.

    Cette suppression à l’emporte-pièce des contrats aidés est une erreur grossière du gouvernement, qui s’ajoute à la déjà trop longue liste de ses exactions sur les questions d’emploi.

    Nous dire que ceux-ci coûtent cher, quelle arrogance quand on sait que nombre d’entre eux ont pour finalité une utilité publique, notamment concernant les associations. 7500 € par emploi, n’est-il pas moins élevé que le montant du CICE de 340 000 € par emploi, bien souvent au seul profit des entreprises du CAC 40, sans autre résultat que de nourrir les dividendes versés aux actionnaires.

    Les bénéficiaires des emplois aidés sont majoritairement des personnes très fragilisées par des années de chômage, sans revenu professionnel et en situation sociale délicate. Ces personnes ont d’abord besoin d’un toit, de subvenir à des besoins élémentaires tels ceux de santé, Mme Pénicaud installée confortablement dans le bureau de son ministère ne mesure vraiment pas que la durée des contrats est souvent trop courte pour permettre une vraie insertion des personnes concernées. Par ailleurs les associations chargées du suivi des salariés n’ont très souvent que de faibles moyens pour effectuer un encadrement nécessaire à une vraie insertion professionnelle qui fait suite à une insertion sociale.

    La CGT considère que ces emplois doivent être remplacés par des emplois pérennes d’une durée réelle avec un salaire qui permettent de vivre. En effet, ce n’est pas l’utilité de l’emploi qui est en cause mais bien le statut de ces emplois, qui bien souvent compensent les manques des politiques publiques.

    Nombre de ces contrats sont conclus par des collectivités locales ou des ministères de l’État comme l’éducation nationale. Supprimer les contrats aidés ne supprime pas les besoins de Service Public, qui vont s’accroissant avec l’évolution de la société. La CGT exige que les emplois correspondants soient budgétés et que les bénéficiaires des contrats aidés soient recrutés sur ces postes. Cela nécessite de mettre fin aux politiques d’austérité et de réorienter les aides diverses et les exonérations fiscales et de cotisations dont bénéficient les grands groupes en faveur notamment des services publics et de la protection sociale.

    Montreuil le 18 août 2017

  • LIonel est parti

    Bonjour à tous

    Lionel est parti...

    lionel, paume, drancy

    Il a été des premières luttes à Drancy;

    Il a été l'un de ceux qui a su garantir le redressement des travailleurs face à un patronat qui a coups de hache veut nous faire courber l'échine...

    Camarade, professeur dans un lycée technique puis serrurier,  il a été secrétaire de la CGT Drancy et du syndicat des territoriaux de Drancy.

    Lionel Paume a été mon maitre Jedi CGT...
     
    Dans les années 2010, il a fait un très beau choix d'amour quittant la Seine Saint Denis en disponibilité de la Ville de Drancy  et en suivant sa compagne Juliette dans des terres nouvelles du Sud-Est de la France.
     
    Il restera dans nos cœurs, ses dernières paroles que j'ai pu partager il y a quelques jours alors qu' il luttait pour la vie à l’hôpital de Lyon furent " je penserai à vous à la rentrée sociale"

    il venait de fêter en juin ses 66 ans...
     
    Une grande pensée à Juliette sa compagne et ses enfants...


    Henri

  • CASC DRANCY PAS DE CHANTAGE DE JC LAGARDE

    Le Tribunal administratif de Montreuil a répondu positivement à notre demande d'actualiser le dossier.

    CGT, CASC, drancy

    Nous vous donnons, par transparence que nous devons, la transaction inadmissible concernant une dette de salaire de 3 agents administratifs dont le Maire avait seul l'autorité.

    Personne n'a séquestré ces agents détachés au CASC.

    Le Maire ayant bloqué l'ensemble des finances du CASC en avril 2016, comment peut il réclamer au CASC 100 000 €uros (une année de 3 salaires) que la CASC, par son Président, nous dit dans un tract de juin  que le candidat Maire aux législatives nous annonce subventionner et effacer la dette.

    La Maire aurait il peur de la décision des juges.

    Nous nous croyons à la défense de l’intérêt des agents et adhérents du CASC.

    C'est à ce demander si cela est réciproque des nouveaux élus du CASC très très proche du Député Maire.

    11 TRANSACTION.pdf

     

    Une partie du dossier

    TA CASC DRANCY 2017.pdf

    CGT, CASC, drancy

     

     

     

     

  • CHANTAGE AU CASC DE DRANCY

    Lire la suite

  • CHANTAGE AU CASC DE DRANCY

    Alors que ce jour, cela fait 80 ans que les congés payés existent, l'employeur Ville de Drancy fait du chantage a notre procédure en justice pour récupérer les 1 million 300 000 €uros de la convention du CASC de DRANCY.

    Une transaction chantage à 100 000 €uros a été négocié par un agent de la Ville sans avis de la Direction (conseil d’administration (CA) du CASC ! C'est inadmissible !

     

    C'est à l’ordre du jour du conseil municipal du Jeudi 29 juin 2017, la CGT a écrit l'illégalité au Maire qui a répondu que c 'est son conseil municipal qui décide...

     

    Les agents de la Ville de DRANCY veulent retrouver leur CASC et leurs VACANCES !

    CGT, CASC, drancy

    Lire la suite